République Démocratique du Congo
Ministre des Affaires étrangères de la République Démocratique du Congo

En 1998, Abdoulaye Yerodia Ndombasi, alors Ministre des Affaires étrangères de Laurent Désiré Kabila, tenait des discours très virulents, appelant les Congolais à « l’auto-défense », les encourageant à exterminer les populations congolaises et étrangères désignées comme agresseurs ou soutiens « infiltrés » des agresseurs – les rwandophones et les Tutsi (rwandais et congolais).

« Des microbes qu’il faut qu’on éradique avec méthode », peut-on entendre dans cette video retrouvée parmi les archives de Youtube. Le nouveau Goebbels enjoignait ses compatriotes à « l’élimination de la vermine » tutsi.

Ce véritable appel à l’extermination sera entendu lorsque plusieurs centaines de tutsi sont massacrés dans le pays, dont plus de 500 à Kinshasa. « Les Tutsi risquent de connaître la triste expérience des Juifs : ils sont perfides, brutes, rancuniers et sanguinaires », expliquait le directeur de cabinet de Laurent-Désiré Kabila, grand prophète de la guerre des races.

Quelques années plus tard, en 2006, Yerodia réitérait ses appels à la haine, prévenant les Tutsi, lors d’un meeting à Goma : « Si vous ne retournez pas chez vous, on vous mettra des bâtons dans le derrière pour s’assurer que vous partiez. » (Bakchich.info)

Propos qui rappellent ceux des génocidaires rwandais, qui ont abouti au crime de 1994.

Ils nous rappellent que la haine anti-Tutsi – et plus largement, contre les populations rwandophones congolaises – s’est durablement installée en République Démocratique du Congo depuis l’indépendance et a souvent été instrumentalisée, avec succès, par le pouvoir.

Jamais aussi bien toutefois que sous la houlette de Yerodia.

La rhétorique raciste s’est systématisée ces dernières années suite aux rebellions armées menées par le CNDP puis le M23. A Kinshasa, la capitale, mais aussi à Goma et Bukavu, dans les Sud et Nord Kivu, des groupes se disant représentatifs de la « société civile », des médias (radios et sites internet) ou encore des responsables politiques ne prennent parfois même plus la peine de dissimuler leur appel à la haine envers les populations congolaises rwandophones.

Abdulaye Yerodia n’aura échappé aux poursuites de la justice internationale que grâce à l’immunité diplomatique dont il a pu bénéficier en étant un temps ministre des affaires étrangères. Aujourd’hui, c’est en tant que vice-président de Joseph Kabila qu’il évite d’être poursuivi pour crimes contre l’humanité.

L’Agence d’information | www.lagencedinformation.com


Abdoulaye Yerodia Ndombasi sur Trials.ch : Profile 994

Mandat d’arrêt international émis le 11 avril 2000 par un juge d’instruction Belge. Ordre d’annulation du mandat d’arrêt émis par la Cour Internationale de Justice le 14 février 2002 au motif que son immunité empêche toute procédure d’inculpation émanant d’une juridiction étrangère.

Catégories de crime :
Crimes contre l’humanité
Atteinte à la vie
Atteinte à la liberté
Autres persécutions et apartheid

• Court montage - à but informatif et d’archive - effectué à partir d’une vidéo trouvée sur YouTube... et publiée le 12 juillet 2012. Source non précisée (apparemment un reportage de télévision). N’hésitez pas à renseigner la source si vous la connaissez.

Mis en ligne par :   Safari Chizungu

août 2018
Aucun événement


Izuba Info

La News Letter d’Izuba Info

Izuba Edition

La News Letter de la maison d’édition Izuba