France-Rwanda : 22 ans après, 22 officiers français mis en accusation

Des responsables militaires français mis en accusation

Implication française dans le génocide

22 ans après, 22 inculpés. 22 officiers français.

Pourraient s’y ajouter les ambassadeurs de France successifs, Martres et Marlaud, en place avant et pendant le génocide, également mis en cause par la CNLG.

Les responsables politiques encore vivants (tous sauf Mitterrand) sont pour l’heure épargnés. L’un d’entre eux, Alain Juppé, alors ministre des affaires étrangères. Un autre : Nicolas Sarkozy, ministre du Budget. L’un aura assuré la diplomatie, l’autre les finances du génocide. Deux fonctions principales.

Parmi les militaires, les responsables principaux sont également identifiés : l’amiral Lanxade, chef d’état-major des armées, et le général Quesnot, chef d’état major particulier de Mitterrand.

Sont également identifiés les officiers en charge de la direction des opérations sur le terrain, comme Grégoire de Saint-Quentin, responsable au camp de Kanombe – d’où sont partis les missiles sur l’avion d’Habyarimana, déclencheurs du génocide –, ou le lieutenant-colonel Jean-Jacques Maurin, véritable patron de l’armée rwandaise dont il « conseillait » le chef d’état major.

Il reste à la justice d’établir si ces messieurs sont bien restés là tout le long du génocide, et leurs éventuelles responsabilités directes dans des massacres comme celui du 13 mai à Bisesero où plus de 50 000 Tutsi ont été exterminés, principalement à l’arme lourde – des armes tenues par des militaires blancs francophones ou français selon de très nombreux témoignages, mercenaires ou pas, mais bel et bien engagés dans le contexte du soutien français au camp génocidaire.

Il reste à déterminer ce que faisait également Paul Barril, envoyé spécial du président Mitterrand, que ce soit dans l’affaire de l’attentat ou lors du massacre de Bissessero. Et mettre à plat « toute la vérité, toute », ainsi que la réclamait il y a des années Sharon Courtoux, de l’association Survie, regardant en face l’envoyé spécial du ministre de Sarkozy, Bernard Kouchner, lequel apportait une gerbe enrobée de tricolore à la cérémonie annuelle de mémoire du génocide se tenant à Paris dans le deuxième sous-sol d’une église du XIIème arrondissement.

« Toute la vérité » qui reste à assumer.

D’ores et déjà, sans attendre que soient condamnés, éventuellement par contumace, les génocidaires français, la République s’honorerait à reconnaître le principe des réparations dues aux rescapés qui attendent depuis trop longtemps dans un extrême dénuement – rescapés dont il faut bien dire qu’ils n’auront que très mal été pris en charge par l’Etat rwandais lequel pourrait aussi, tardivement il est vrai, reconnaître les torts de l’Etat rwandais, certes d’un précédent régime mais bien prédécesseur de l’actuel, comme Jacques Chirac pouvait reconnaître les torts de l’Etat français dans la rafle du Vel d’hiv, un demi-siècle après.

L’heure de la justice a sonné.

Voir aussi

« Rwanda, 20 ans, ça suffit ! » : Premières Rencontres de La Nuit rwandaise
Dimanche 21 et lundi 22 se tiendront les premières Rencontres de la Nuit rwandaise, dans le cadre de la campagne pour le vingtième anniversaire du génocide des Tutsi, « Rwanda : vingt ans ça suffit ! » Deux journées de débats et de rencontres, marquées le dimanche par la projection spéciale du film documentaire Rwanda : une intoxication française, de Catherine Lorsignol. Et lundi un hommage aux (...)

La France au Rwanda : aveuglement, complicité active ou co-réalisation ?
Théâtre d’ombres et degré de responsabilités françaises dans le génocide des Tutsi rwandais

La France au Rwanda : aveuglement, complicité active ou co-réalisation ?
La position de MM. Kouchner et Sarkozy à propos du rôle de la France pendant le génocide des Tutsi, la dernière en date, est simple : la France reconnaît le génocide en s’inclinant devant les victimes et admet avoir commis une erreur – ou une faute, selon Kouchner – d’appréciation dans son analyse de la situation politique à l’époque des faits, tout en récusant toute complicité criminelle. Cela marque (...)