L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !

Enfin un règlement du service de l’eau potable au Cameroun !

par Paul Gérémie Bikidik (RACE)

Sous la pression des associations des consommateurs, le gouvernement vient d’adopter un Règlement du service affermé de distribution de l’eau potable dans les centres urbains et périurbains.

En effet, c’est par un décret du Premier Ministre Chef du Gouvernement daté du 27 Décembre 2010, que les protagonistes du service public de l’eau au Cameroun disposent désormais d’un cadre juridique formel régissant leurs relations.

Ce texte règlementaire fixe les conditions et les modalités de fourniture d’eau potable, conformément aux contrats d’affermage et de performance signés entre l’Etat du Cameroun, la CAMWATER et la CDE. Bien que profondément imparfait, il comble le vide juridique qui prévalait depuis plusieurs années dans les relations entre les usagers et les opérateurs du secteur de l’eau.

Tout en déplorant l’absence d’un régulateur pour assurer l’arbitrage, comme il en existe dans la plupart des secteurs stratégiques similaires, les consommateurs saluent l’adoption de ce nouveau texte règlementaire, qui constitue une indéniable avancée pour le droit d’accès à l’eau potable au Cameroun.

C’est une victoire importante pour les organisations représentant les intérêts collectifs des consommateurs, qui disposent maintenant d’un instrument juridique pour appuyer leurs actions de revendications et de plaidoyers en faveur usagers de l’eau.

En adoptant ce texte presqu’en catimini, après une parodie de concertation avec quelques associations de consommateurs, le gouvernement a fait preuve d’un embarras manifeste à règlementer le service public de l’eau.

A titre de rappel, la privatisation de la SNEC (Société Nationale des Eaux du Cameroun) a abouti le 31 Décembre 2005 à la création d’une société de patrimoine à capitaux publics, la CAMWATER (Cameroon Water Utilities Corporation) et à une entité privée d’affermage créée en 2008 chargée de l’exploitation, la CDE (Camerounaise Des Eaux), filiale du groupe marocain ONEP-DELTA-INGEMA-HOLDING.

Malgré la savante répartition des rôles entre ces 02 entités et les centaines de milliards de FCFA de fonds publics investis depuis 03 ans, l’eau reste rare et coûte toujours plus chère au Cameroun. Pour l’heure, la réforme sensée régler définitivement le problème du déficit chronique en eau potable dans notre pays, ne profite principalement qu’à quelques sous-traitants de la CAMWATER et au fermier marocain.

Nonobstant le fabuleux potentiel hydraulique de notre pays et les énormes subventions de l’Etat, le mètre cube d’eau facturé aux usagers oscille entre 271 et 364 FCFA et reste inaccessible pour l’immense majorité des consommateurs. Sans compter les conséquences sanitaires pour des millions d’usagers, notamment la recrudescence des maladies hydriques dues à la mauvaise qualité de l’eau distribuée.

Par ailleurs, dans la plupart des 105 localités qui constituent le périmètre de distribution concédé à la CDE en 2008, entre 60 et 80% des usagers continuent à recourir aux puits traditionnels très souvent insalubres et aux marigots pour s’approvisionner en eau pour leurs besoins quotidiens.

A postériori et compte tenu des difficultés persistantes d’approvisionnement en eau potable dans plusieurs localités du pays, on peut dire sans ambages aujourd’hui que l’intérêt du consommateur n’est pas une priorité pour les pouvoirs publics.

Nous rappelons que depuis le 28 Juillet 2010, l’ONU a reconnu « l’accès à l’eau potable » comme un droit de l’Homme à part entière. Au Cameroun comme ailleurs dans le monde, l’eau potable ne peut donc plus être considérée comme un vulgaire produit marchand, mais plutôt comme un bien de première nécessité qui relève du service public et ne doit pas être livrée à la seule loi du marché.

Parce qu’à l’instar d’autres richesses naturelles de ce pays, l’eau est la propriété de plein droit de tous les Camerounais et plus est, un secteur de souveraineté par excellence, le RACE réaffirme sa position en faveur de la renationalisation du service public de l’eau.

Ce nouveau texte règlementaire est une réponse administrative inapte à satisfaire les désidératas fondamentaux et le besoin de justice des consommateurs. Toutefois, en attendant sa vulgarisation et en dépit de son caractère partial et taillé sur mesure en faveur du fermier, le RACE appelle les usagers à se l’approprier, afin d’exercer plus légitimement leur droit d’accès à l’eau potable.

Quoi qu’il en soit, seule la mobilisation nous permettra d’imposer un contrôle citoyen du tarif de l’eau et d’influencer la politique sectorielle de l’eau potable au Cameroun.

L’accès à l’énergie est un droit essentiel et inaliénable !

Fait à Douala, le 14 Mars 2011

Pour le Bureau Exécutif du RACE

Paul Gérémie BIKIDIK
Président du RACE


Le Réseau Associatif des Consommateurs de l’Energie (RACE) est un collectif d’associations et de particuliers ayant en commun l’intérêt pour la question de l’accès de chaque citoyen camerounais à toutes les formes d’énergies essentielles. Nos préoccupations se portent également sur la gestion des ressources énergétiques fossiles et la protection de l’environnement du Cameroun et de la sous-région Afrique Centrale.

Créé en juin 2006, le RACE est une organisation à but non lucratif vouée à la défense des droits et à la protection des intérêts économiques et sociaux des consommateurs de l’énergie.

+ d’infos : http://race-conso.org/

Siège/Office : 1025, rue Galliéni – Akwa
Boîte postale/Po.Box : 1903 Douala - Cameroun
Tél Bureau/Phone : (237) 33 03 80 08
Télécopie/Fax : (237) 33 43 29 17
Gsm : (237) 74 83 30 65
Courriel/E-mail : race race-conso.org

__

Crédit photo : Ssch.

0 vote
Mis en ligne par RACE
 18/03/2011

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 18 articles référencés

Covid-19 : l’Afrique, parent pauvre de la vaccination

  10/05 | Alors qu'une personne sur deux est vaccinée dans une grande partie de l'Occident, ce taux est de moins d'une sur 100 en (...)

Côte d’Ivoire : entrée en vigueur de la vidéo-verbalisation fin 2021

  10/05 | Le directeur général de Quipux Afrique, Ibrahima Koné, a annoncé lundi l'entrée en vigueur de la vidéo-verbalisation sur les axes (...)

Covid-19 : Ramaphosa plaide pour la fin de « l’apartheid vaccinal »

  10/05 | Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré lundi que la renonciation aux droits de propriété intellectuelle dans la fabrication de (...)

Des victimes de la crise post-électorale manifestent à Abidjan contre l’impunité

  10/05 | Des victimes des crises ivoiriennes ont manifesté lundi devant le Tribunal de première instance d'Abidjan pour dénoncer (...)

Maroc : Lancement du programme d’Excellence pour les étudiants africains

  10/05 | Le ministère marocain de l'Éducation nationale, de la Formation Professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche (...)

CPI/Affaire Gbagbo : un réseau veut l’extension des investigations à toutes les (...)

  10/05 | Les coalitions de l'Afrique Francophone pour la Cour pénale internationale (CPI) appellent à l'extension des "investigations (...)

Can féminine 2022 : la Caf constitue les groupes des éliminatoires

  10/05 | La Confédération africaine de football (Caf) a effectué, ce lundi à son siège au Caire (Égypte), le tirage au sort des qualifications de la (...)

Af’Sud /Covid-19 : Pfizer et Johnson efficaces contre les variants

  10/05 | Un expert a assuré aux Sud-Africains que les deux vaccins anti-coronavirus disponibles dans le pays étaient capables de les protéger (...)

Boycott électoral : « 50 millions Fcfa en espèces et en nature » pour les « martyrs » du (...)

  10/05 | Le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci, opposition), a annoncé dimanche avoir collecté "50 millions Fcfa à peu près en (...)

Politique et innovation au menu des quotidiens marocains

  10/05 | Les quotidiens marocains parus ce lundi se focalisent sur les relations Maroc-Espagne et Maroc-Allemagne, la tenue à Dakhla du forum (...)

Enlèvement d’Olivier Dubois au Mali : le piège de Gao

6/05 | Le journaliste de 46 ans, collaborateur régulier de «Libération», apparaît dans une vidéo dans laquelle il déclare avoir été enlevé le 8 (...)

LE GRAND PENSEUR AFRICAIN CONTEMPORAIN ACHILLE MBEMBE A TOUTE SA PLACE AU SOMMET AFRIQUE-FRANCE (...)

6/05 | La vague de basses attaques groupées des idéologues ethno-fascistes, des “intellectuels” satrapiques et des agitateurs frustrés des (...)

Les articles 11

Depuis quelques jours, l’actualité sociale en Guinée-Conakry est rythmée par des manifestations violentes contre les coupures intempestives et les (...)
IMG: Hausse des prix du carburant au Cameroun Comme l’année dernière à la même période, le débat sur la levée ou non des subventions publiques sur les produits pétroliers au Cameroun revient à grands pas aux (...)
IMG: Prix du carburant au Cameroun : les exigences des consommateurs Devant la levée de bouclier générale et sous la pression de la société civile, le gouvernement n’a pas osé procéder le 1er Août 2012, comme initialement prévu, au (...)
IMG: CAMEROUN : « Le sang des martyrs est une semence de patriotisme » « Jusqu’à ce jour, je ne sais toujours pas pourquoi mon fils a été tué » c’est en substance la réaction dépitée de Mme Jacqueline KOUAM, bayamsellam au marché du (...)
IMG: Cameroun : Prix du Carburant - appel à un boycott actif ! « (...) l’énorme plus-value financière engrangée par ce secteur depuis 1977 (date du début de l’exploitation du premier bloc pétrolier camerounais), profite avant (...)
IMG: Nouvelle loi sur l'électricité au Cameroun Malgré la controverse ayant émaillé sa formulation et son adoption, la nouvelle loi N°2011/022 du 14 décembre 2011 régissant le secteur de l’électricité a été (...)
 Izuba | 2002 · 2021