JEUDI 1er MARS 2012 A PARTIR DE 19H

Café-Débat : Peuple, société civile, citoyenneté de Jacky Dahomay

@ la Casa del Tango (Guadeloupe)

CAFE DEBAT SOCIAL CLUB organisé par Jacky Dahomay

JEUDI 1er MARS 2012 A PARTIR DE 19H

Thème : Peuple, société civile, citoyenneté.

Par Jacky Dahomay

Nous vous invitons à notre prochain café-débat qui se tiendra à
la Casa del Tango le jeudi 1er mars à 19h. Le prochain café-débat se
tiendra le jeudi 16 février 2012 à 19 heures à la Casa del tango.

Quel est l’intérêt d’aborder ensemble ces trois notions :
peuple, société civile, citoyenneté ?

La notion de peuple me semble importante. Pas seulement pour reprendre
le vieux débat : peuple ou population ? concernant les départements
d’Outre-mer. On sait que pour la théorie républicaine française,
la république étant « une et indivisible », il n’y a qu’un
peuple français que constitue la communauté de citoyens. En effet,
avec la révolution française, on est passé d’une vision d’un « 
peuple » (à supposer que le mot ait eu une pertinence avant cette
date) substantialisé selon un ordre inégalitaire et hiérarchique,
à une définition strictement politique du peuple, sous l’influence
de la philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau.

Il importe de
rappeler que cette nouvelle conception du peuple était profondément
révolutionnaire car elle mettait fin aux inégalités d’Ancien
régime. Les citoyens sont donc égaux devant la loi mais aussi grâce
au vote, dans la participation à la formation de l’autorité
politique même si ce n’est que lentement que le suffrage se fit
universel, posant le redoutable problème de la représentation. Bref,
c’est dans le peuple politique ainsi défini que se fonde la
souveraineté. Mais la thèse de Rousseau laissait ouverte une aporie,
l’opposition peuple politique/peuple réel ou sociologique,
contradiction qui va traverser toute l’histoire de la république
française.

Il me semble que c’est d’une autre manière qu’il faut aborder
cette question de peuple ou population ? Il est évident qu’il
existe des peuples antillais (guadeloupéen et martiniquais en
l’occurrence), c’est-à-dire des communautés ayant une histoire
commune de plusieurs siècles, s’étant déroulée sur un même
territoire, des peuples ou sens sociologique au plus largement, au
sens anthropologique.

La fondation anthropologique de ces sociétés
durant la période esclavagiste ou coloniale leur donne leur
spécificité. Mais j’affirme que ces peuples, ceux des DOM, n’ont
pas une identité politique propre que seule pourrait donner une
indépendance nationale voire une large autonomie. C’est cette
affirmation qui fait bondir mes contradicteurs.

Nous n’avons pas d’identité politique spécifique parce que nous
ne disposons ni d’Etat, ni d’institutions, ni de droit civil, ni
de citoyenneté qui nous seraient propres. Nous sommes citoyens
français jusqu’à nouvel ordre. Mais cela ne nous empêche pas
d’être des peuples sociologiques spécifiques et nous sommes là à
mon avis face à ce qui pourrait passer pour une contradiction et ce
fait mérite d’être pensé. Mais lors d’un dernier café-débat,
l’historien Jean-Pierre Sainton m’a fait une objection forte.

Selon lui, il y a une manière proprement guadeloupéenne d’exercer
la citoyenneté française, de s’investir dans les processus
électoraux, de se rapporter à la loi et tout cela caractérise une
culture politique spécifique donc une forme d’identité politique
propre.

Dans ce cas, le rapport peuple sociologique/peuple politique
serait plus complexe que cela. L’objection de Sainton, soutenu en
cela par Georges Lawson-Body, m’a quelque peu troublé et m’a
obligé à approfondir ce problème.

(N’est-ce pas l’effet
positif de notre café-débat ?).

Et c’est où on constate que cette notion de peuple, d’une façon
générale qui ne concerne pas que nos sociétés antillaises, est
beaucoup plus complexe et obscure qu’on eût pu le penser.

Cela
concerne surtout les sociétés démocratiques mais au-delà,
l’ensemble des peuples de la planète. Comme l’ont montré les
analyses d’un Claude Lefort ou d’un Pierre Rosanvallon,
l’avènement de la démocratie avec les Temps modernes, en
introduisant la dimension politique dans l’identité nationale
produit une abstraction – très forte chez les républicains
français- un formalisme nécessaire ou incontournable qui produit une
désubstantialisation du peuple.

Mais aussi des tentatives de
ré-substantialisation qu’on trouve chez les nationalistes
d’extrême droite tout comme chez des auteurs comme Proudhon ou
Marx. Dans LaFrance imaginée, Pierre Birnbaum décrit l’évolution
de l’opposition qui déchire l’identité française entre la
conception républicaine d’une part, et les mouvements
nationalistes d’autre part et qui ne connaîtront un relatif
apaisement qu’avec le gaullisme sous la cinquième république.

Or,
depuis les années 80, l’affaiblissement des Etats sous le poids des
puissances financières internationales, l’essoufflement de la
représentation politique traditionnelle avec le développement de ce
qu’on appelle la « démocratie d’opinion », pose à nouveaux
frais la détermination de ce peuple sans doute introuvable pour
reprendre l’expression de Rosanvallon. Des mouvements même
sporadiques ou spontanés de certains éléments de la société
civile comme les Indignés donne aussi à penser.

Il semble donc difficile de mettre de côté ces contradictions à
l’échelle mondiale lorsque l’on veut analyser nos sociétés.
Notre caractère exceptionnel de « colonies départementalisées »
nous invite à repenser le rapport peuple sociologique/peuple
politique d’une autre manière qu’il a été pensé, en France par
exemple, car le rapport « peuple sociologique »/ « peuple politique
 », chez nous, ne peut être de même nature que celui qui oppose « peuple sociologique français métropolitain »/ « peuple politique ».

Je me propose donc de montrer :

1- Que la formation anthropologique spécifique de nos sociétés
tout comme l’histoire même des mouvements indépendantistes ou
autonomistes, nous invitent à abandonner toute conception
substantialiste du peuple.

2- Que la solution est à chercher non pas dans la représentation
politique traditionnelle mais dans des formes nouvelles de
dynamisation de la société civile, ce qu’avait commencé le
mouvement initié par le LKP.

3- Cette redynamisation de la société civile qui mérité
d’être pensé devrait entraîner un autre rapport avec la
citoyenneté, transcendant nos avatars historiques et, de ce fait, une
nouvelle problématisation de la question de l’évolution
statutaire.

Jacky Dahomay

Retrouvez toutes les informations du café-débat sur :
www.kazatango.com

La Casa del Tango

Espace climatisé avec parquet, terrasse extérieure

Bar et restauration légère

Pour s’y rendre : en arrivant de Pointe à pitre,
prendre la première entrée pour Jarry. Au premier
rond-point, devant Savima, prendre à droite la rue
Alfred Lumière et allez jusqu’au bout de la rue. La
Casa del Tango est sur la gauche au numéro 651.

651 rue alfred Lumière ZI Jarry
97 122 Baie-Mahault
0690 99 50 21

0 vote
Mis en ligne par Bitin Caraibe
 27/02/2012

Vos commentaires

Nouveautés sur le Web 

 cette semaine: 116 articles référencés

Blood and Soil in Narendra Modi’s India

  5/05 | The Prime Minister’s Hindu-nationalist government has cast two hundred million Muslims as internal enemies.

Aapravasi Ghat, Morne et patrimoine : journée du patrimoine mondial de l’Afrique à l’île Maurice (...)

  5/05 | Le thème central de ce jour organisé par l’état mauricien sera le patrimoine. Ce fait est à mettre en exergue. Tout naturellement, deux (...)

Aapravasi Ghat, Morne et patrimoine : journée du patrimoine mondial de l’Afrique à l’île Maurice (...)

  5/05 | Le thème central de ce jour organisé par l’état mauricien sera le patrimoine. Ce fait est à mettre en exergue. Tout naturellement, deux (...)

Formation des jeunes : le conseil régional et la mission locale se mobilisent pour élargir (...)

  5/05 | L’État, le conseil régional et la mission locale déploient les grands moyens pour permettre aux jeunes Neets (ni en emploi, ni en (...)

(Dossier 2/2) René Bélénus, historien « Bonaparte, un négrophobe entouré de racistes (...)

  5/05 | Auteur de la contribution intitulée « Destins croisés entre Saint-Domingue et la Guadeloupe en 1802 », l'historien René Bélénus affirme (...)

Jénès an nou : Michaël Torchy, de la boxe anglaise à Mister France

  5/05 | Dans la catégorie un esprit sain dans un corps sain, voici Michaël Torchy. À 21 ans, cet étudiant en 2e année de BTS gestion PME en (...)

Nicole Régent a perdu toutes ses plantes bio dans un incendie à Sainte-Rose

  5/05 | Installée depuis 2013 à la section Léotard, Nicole Régent, appelée Ashaïna, cultive plantes médicinales et maraîchères. Mercredi dernier, tout (...)

Basse-Terre dans les airs avec Air France

  5/05 | L’aéroport Pôle Caraïbes a accueilli, hier, le deuxième Airbus A320 du réseau régional d’Air France KLM, désormais baptisé « Basse-Terre ». (...)

(Dossier 1/2) Faut-il commémorer Napoléon Bonaparte ?

  5/05 | Le bicentenaire de la mort de Napoléon Bonaparte, ce 5 mai, est l’occasion pour l’éditeur Idem de publier une monographie collective (...)

Motion de la 73è section du CNU (Conseil National des Universités) contre le recours devant le (...)

  5/05 | Il y a deux semaines, l'Assemblée nationale adoptait à une large majorité la Loi MOLAC du nom d'un député du Morbihan qui l'a (...)

Le Moule privé d'électricité

  5/05 | Une coupure d'électricité est en cours depuis midi au Moule. Un retour à la normale est prévu dans la soirée.

La grève est terminée à la mairie de Saint-Joseph

  4/05 | Un protocole d’accord a été signé ce mardi 4 mai entre les grévistes affiliés à l’USAM (Union Syndicale Autonome de Martinique) et la (...)

Sites Web 16

BondaManJak

BondaManJak News pimentées (Guadeloupe & Martinique)

Les articles 34

IMG: Haïti : pour les Droits de l'Homme et la justice (pétition) Nous avons appris avec stupeur et indignation la présence de Jean-Claude Duvalier et de l’ex militaire putschiste Prosper Avril, sur invitation du Président (...)
IMG: Guadeloupe : mobilisation contre la reprise de l'épandage aérien Le collectif vigilance citoyenne s’est réuni hier jeudi 7 février 2013. Il a été décidé la constitution d’une association loi 1901. Un site internet sera par (...)
IMG: Création du Comité de défense des intérêts sanitaires et environnementaux de Guadeloupe (CODISEG) Alarmés par le risque lié à la reprise de l’épandage aérien et soucieux d’aller plus loin que la seule expression de notre refus à l’occasion de la consultation (...)
IMG: Guadeloupe : Produire et manger local - Village KBM–LKP VENDREDI 27 AVRIL 2012 - 18 H à 23 H DOUVAN BIK LA – LAPWENT • Fédérer toutes nos richesses créatrices, capables de nous ouvrir la voie de la souveraineté ; • (...)
IMG: Guadeloupe : Culture, Nation, État : quelles identités ? JEUDI 19 AVRIL 2012 A PARTIR DE 19H Thème : Culture, Nation, État : quelles identités ? Par Jean-Pierre Babin (Professeur de philosophie en classes (...)
IMG: Café-débat : Émancipation et intégration, paradoxes antillais Café-débat du jeudi 29 mars 2012 à la Casa del Tango. Notre invité, qui n’est pas antillais, est chercheur en anthropologie politique et étudie tout (...)
 Izuba | 2002 · 2021