Dr Mukwege : le viol, une arme de guerre au Congo

Safari - 3/11/2012
Image:Dr Mukwege : le viol, une arme de guerre au Congo

Le Dr Denis Mukwege échappe à la mort
Hôpital de Panzi, Bukavu

Alors que le docteur Mukwege vient d’échapper à la mort, l’association Cauri nous invite à regarder le reportage qui lui est consacré, à la clinique de Panzi, et qui montre son combat inlassable pour venir en aide aux femmes congolaises, innombrables victimes des pires violences sexuelles, dans l’est de la République « Démocratique » du Congo...

« Vivre, c’est relatif… Vaut-il la peine de vivre jusque 80 ans en voyant ce que je vois chaque jour… »

C’est ainsi que le Dr Denis Mukwege, médecin-chef de l’hôpital de Panzi, à Bukavu, concluait une soirée-débat, à Bruxelles, où, une fois de plus, il avait témoigné du sort des femmes du Kivu victimes de violences sexuelles.

Encore une fois, il s’était interrogé sur l’impuissance de la communauté internationale...

Dans ses Carnets, Colette Braeckman rapporte les événements survenus deux jours après l’intervention du Dr Mukwege en Belgique :

"Deux jours plus tard, soit jeudi soir, alors qu’il venait de rentrer à Bukavu, quatre hommes en civil, lourdement armés, le guettaient dans sa maison du quartier de Muhumba, commune d’Ibanda.

Peu avant 18 heures, ils avaient forcé la porte, menacé les deux filles du médecin et leurs amis, les obligeant à se coucher sur le sol en attendant le retour de leur père.

Trente minutes plus tard, alors que la voiture approchait, les deux hommes se mirent en position de tir et se dirigèrent vers la porte de la maison. C’est alors que la sentinelle se précipita vers le véhicule, hurlant au docteur qu’il était menacé.

Le malheureux gardien fut abattu sur le champ.

Quittant la maison, les tueurs s’approchèrent alors du Dr Mukwege, l’arrachèrent de sa voiture en prenant les clés du véhicule. Le médecin se jeta au sol, tentant d’échapper aux tirs.

C’est de justesse qu’il eut la vie sauve.

En effet, les cris de la sentinelle, le bruit du coup de feu avaient alerté le quartier et les voisins se précipitèrent sur les lieux.

Les deux assaillants prirent alors la fuite dans le 4X4 de leur victime et l’ abandonnèrent peu après pour un autre véhicule après y avoir mis le feu."

Braeckman ajoute : « le médecin-chef de l’hôpital de Panzi était devenu de plus en plus précis dans sa dénonciation de la stratégie de la terreur, expliquant comment le viol est utilisé comme arme de guerre, pour démoraliser, humilier et finalement soumettre une population. »

Comme nous y invite l’association Cauri, nous publions ici les vidéos d’un reportage accablant sur le sort des femmes du Kivu, où « le viol est devenu une arme de guerre » :


1- Le viol, une arme de guerre au Congo by LiliTheKing


2- Le viol, une arme de guerre au Congo by LiliTheKing


3- Le viol, une arme de guerre au Congo by LiliTheKing

Merci à LiliTheKing pour ces vidéos.


Conférence de presse des associations congolaises pour soutenir Dr Mukwege (banamikili)

Safari collabore au site d’information Medialternative et au collectif libertaire Ad Nauseam.

« Nous n’avons rien appris, nous ne savons rien, nous ne comprenons rien, nous ne vendons rien, nous n’aidons en rien, nous ne trahissons rien, et nous n’oublierons pas. »

 3/11/2012

 Vos commentaires

Articles référencés 

Grande cause du quinquennat | Budget dédié à l’égalité entre les femmes et les hommes
27/09/2022
20 ans de résistance et de sororité, merci !
26/09/2022
La gauche se tire dans le pied pour ce qui est des enjeux de droits sexuels
25/09/2022